Danchenko, l'âme de la Villette Charleroi

Tennis de table: Danchenko, l'âme de la Villette Charleroi

M.S.

L’Ukrainien va tout faire pour que la Villette puisse se maintenir dans une Superdivision qu’elle vient de retrouver. 

A 40 ans, Oleg Danchenko reste dans le coup.

PVG

A 40 ans, Oleg Danchenko reste dans le coup.

De retour en Superdivision depuis cette saison, la Villette Charleroi sait qu’il lui faudra cravacher pour s’y maintenir. Au Royal, il n’est en effet plus question de folie des grandeurs et c’est par conséquent avec les moyens du bord que le trio Danchenko - Delhez - Blondeau devra remplir le seul objectif raisonnable pour un club qui vient à peine de se relever après avoir frôlé la disparition.

Si le nom de Jean-Michel Saive a longtemps été associé à la Villette, c’est en fait Oleg Danchenko qui en incarne réellement l’âme. Débarqué à Charleroi en 1999 de son Ukraine natale, Oleg, aujourd’hui classé B0, est resté sur le pont et c’est lui qui tire l’équipe vers le haut en dépit de ses 40 ans.

« Tout le monde sait bien que nous ne pouvons viser que le maintien et que ce sera très difficile. Alors, il faut surtout ne pas raconter n’importe quoi et rester les pieds bien sur terre. Compte tenu des forces en présence en Superdivision, cela ne servirait en effet à rien de tirer des plans sur la comète », analyse-t-il, lucide.

Pour Danchenko, l’équipe carolo devra aller crescendo : « Dans un premier temps, on doit retrouver le rythme de l’élite en enchaînant les matches, ce qui n’est pas évident. Ensuite, il faudra aller crescendo pour aborder les playdown dans de bonnes conditions. Je pense que ce sera difficile mais que Amaury, Christian et moi sommes capables de décrocher le maintien. »

http://www.lanouvellegazette.be/1111454/article/2014-09-27/tennis-de-table-danchenko-l-ame-de-la-villette-charleroi

La Villette Charleroi est toujours vivante

Tennis de table: la Villette Charleroi est toujours vivante

M.S.

La Villette Charleroi a survécu a bien des tourments et fait son retour en Superdivision cette saison. Michel Beirens, son président, nous explique la ligne de conduite suivie par un comité qui n’entend pas mettre le club en péril. 

Le tournoi série A du royal a connu un franc succès dimanche.

Harmony Verslegers

Le tournoi série A du royal a connu un franc succès dimanche.

Après ses années de vaches maigres ayant succédé à l’époque Jean-Mi, la Villette Charleroi est repartie de presque rien. Aujourd’hui, elle retrouve la Superdivision mais le comité présidé par Michel Beirens n’entend pas déroger à sa ligne de conduite stricte et rigoureuse. « Pas question de dépenser un euro qu’on n’a pas ! », a directement averti le président dans la foulée du retour parmi l’élite.

La folie des grandeurs n’est donc vraiment plus de mise au Royal : « Il y a trois ans, quand le club a implosé, il a fallu repartir de rien et un nettoyage naturel s’est fait. L’objectif était d’apurer les dettes, ce qui a été fait. Pourtant, des casseroles à traîner et des cadavres dans les placards, on en a eu... Après les liquidations des anciennes structures, qui étaient inévitables compte tenu du lourd passif, nous sommes repartis en association de fait et on a fait ce qu’il fallait pour se remettre à flot. Alors, ce n’est pas ce retour en Superdivision qui va nous conduire à changer de stratégie. Les joueurs ont bien compris le message et n’ont d’ailleurs pas eu de revendications financières particulières. On a trouvé quelques petits partenaires qui vont mettre du beurre dans les épinards en ce début de saison et le coup est jouable budgétairement en prévoyant notamment quelques recettes supplémentaires du côté de la buvette. Et sportivement, il n’est pas question de viser le titre mais bien le maintien et on verra ensuite où on sera... »

http://www.lanouvellegazette.be/1099707/article/2014-09-10/tennis-de-table-la-villette-charleroi-est-toujours-vivante